Je courais, je courais, je courais...

Théâtre Parminou
Création professionnelle
Tout public

 

Équipe

Jeu Valérie Dumas, Hugues Fortin, Anne Paquet
Texte
Maureen Martineau
Mise en scène Hugo Turgeon
Scénographie Cybel St-Pierre
Direction artistique Caroline Bergeron, Jean-François Gascon, Emmanuelle Nadeau
Costumes Eve Lambert
Durée 55 minutes

Collaboration et soutien au processus de création Fédération des comités de parents du Québec.
Projet réalisé grâce au soutien financier du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

Présentation

Avec je courrais, laissez-vous surprendre par la mécanique des situations.

Une ville moyenne, un quartier comme tant d’autres, trois voisins qui s’entrainent sur la piste cyclable. Le père de jeunes enfants au sein d’une famille reconstituée, l’autre qui vient d’une famille monoparentale et la dernière a choisi de demeurer à la maison depuis la naissance du petit dernier. Les trois courent pour oublier  le quotidien… Ils courent un marathon sans ligne d’arrivée, une compétition entre parents. Ils courent contre la course à la performance, pour ralentir le cours de leur vie, et surtout, pour échapper à l’épuisement qui les guette.

La détresse parentale est une réalité susceptible de concerner tous les parents. Le parent ne peut pas « démissionner » de ses enfants. Il n’y a pas d’échappatoire, ce qui augmente la sensation de détresse et d’épuisement. Sans compter le poids énorme de l’échec parental dans l’image sociale « parfaite » qu’on doit présenter aux autres, un phénomène amplifié par les médias sociaux. La société, dans son ensemble, est coupable de cette « surenchère de vie parfaite »